NOUVEAU !

Pour écouter l'artiste parler de son univers, rendez-vous sur la page consacrée aux expositions

 


paris, black and white, noir et blanc, art, street photography, CarCam

Le PLUS du moment

Flirter avec la mort

 

Paris. Mai 2018.

Avec un peu de bol, ils sont tous partis...

Je tire la chaîne de ma Lip. Les aiguilles indiquent que nous approchons 1h du matin. Cette vieille montre à gousset n’a pas été révisée depuis longtemps. Il est difficile de compter sur l’exactitude de l’heure qu’elle délivre mais j’ai tout de même bon espoir : un soir en semaine avec la journée d’école qui commence bientôt, les enfants de 8, 11 et 15 ans, mais également leur mère qui est exténuée depuis quelques jours et Ugo qui l’est tout autant après sa soirée de sport, tous sans exception ont dû décider de déserter la chaleur du foyer familial pour ne revenir qu’au petit matin. Je souris, je vais pouvoir profiter de ce moment de solitude dont je me délecte à chaque fois !

J’ouvre la porte fermée à double tour et entre chez moi. Pas un bruit... C’est bon signe. Discrètement, je passe une tête dans la chambre de mon fils. L’obscurité a pris possession du lieu m’empêchant d’y voir distinctement... Je ne suis pas très sûr mais je crois que l’endroit est déserté. Par-Fait !

Pour éclairer les deux chambres restées ouverte comme chaque nuit, j’allume le couloir qui les dessert. Noé est absent, c’est sûr. Je m’approche de la tannière des petits. Comme je le pensais, la petite Elia s’est enfuie également. Ça fait chaud au cœur ! J’avance dans la pièce pour vérifier si Corto...

Wouhaou ! J’ai une chance inouïe ce soir, Corto s’est fait la malle aussi mais pas comme à son habitude : il n’a pas dissimulé son corps sous les draps mais l’a laissé aux yeux de tous avant de rejoindre les affres du sommeil ! Je vais en profiter un peu.

Ce n’est pas normal, je sais, mais j’adore regarder les autres dormir. C’est beau. Que dis-je, c’est magnifique. Surtout pour tout ce que ça représente. Surtout pour tout ce que je me raconte à ce sujet...

C’est le seul moment où tu arrêtes presque tout à part laisser entrer et sortir le souffle d’air qui te maintient en vie. Quand tu es dans les bras de Morphée, fini de marcher, manger, parler, pleurer, projeter, travailler... Fini de penser aussi. Un véritable luxe ! Oui, certains diront qu’ils cogitent en dormant, et c’est un peu vrai, je l’affirme souvent également. Mais à la vérité, c’est parce qu’ils ne dorment pas vraiment, pas profondément.

C’est étrange, sa main gauche, ouverte et sans vie, révèle apaisement et relâchement mais l’autre est crispée, bien accrochée à l’oreiller. Un peu comme si son « petit moi »,  impalpable et insondable, celui que j’assimile à l’âme sans oser la nommer ainsi, avait pris ses précautions pour quitter le lieu en laissant derrière elle l’enveloppe charnelle qu’elle habite quand vient le jour. 

Oui, voilà des années que j’y réfléchis et selon moi, dormir c’est ça... Laisser quelque liberté à l’âme pour la libérer de ce corps si difficile à habiter et lui donner ainsi la possibilité d’explorer d’autres mondes... Seule... Sans contrainte... En paix...

C’est sans doute un peu mourir. Je l’espère en tout cas... Une sorte de formation pour mieux se préparer à l’Eternité. Le sommeil est ce voyage adultère que tu fais chaque nuit, le cœur hésitant à laisser ceux que tu aimes, mais palpitant d’excitation à braver l’interdit. Une odyssée pour rejoindre la Parque, poser doucement et sans risque tes lèvres sur les siennes, revenir et... Se réveiller...

Ffffffffffffffff !... Le souffle de Corto se fait plus fort. Peut-être ai-je fait trop de bruit ? Je ne veux pas précipiter son retour, il a besoin d’apprendre. En plus, je dois encore m’assurer que Perrine n’est pas là. Je vais rejoindre mon lit... Mais avant d’aller me coucher, avant de partir clandestinement flirter avec la mort, je shoote !

CarCam est un artiste représenté par la

16 rue Sainte Anastase

75003 PARIS

France

Tél : +33 983232801